[Third Horizon] La Technologie

with Pas de commentaire

« Toute technologie avancée est magique » : Arthur C. Clarke

Médecine, Améliorations
Puce Corticale

Depuis 2022 tous les humains (sauf ceux refusant pour des raisons de croyance, personnelles ou ceux présentant une incompatibilité génétique) sont équipés à l’âge de leur 3 mois d’une puce corticale. Cette merveille de Technologie permet de sauvegarder l’essence même d’un individu, appelé « Personna », son esprit, et de le télécharger dans un autre corps en cas du décés du corps actuel, ou pour un autre usage (XXXX). Pour cela le contenu de la puce doit être transféré dans une nouvelle puce corticale vierge dans un « nouveau » corps. La duplication est interdite (seule une sauvegarde de niveau 1 est autorisée) car chaque nouvelle génération de copie semble se corrompre provoquant des bouleversements psychologiques.
C’est aussi cette technologie qui permet l’envoi d’Personna sur des planètes plus rapidement que l’envoi de leur corps et qui a ainsi permis une colonisation rapide des planètes.

Sauf à posséder une sauvegarde, la destruction d’un puce corticale provoque une « Vraie Mort » l’individu ne pouvant plus être récupéré. C’est le crime le plus odieux et il est sévérement puni (effacement de la puce corticale du responsable et « revente » de son corps). De fait dans de nombreux pays les brigades de Police Criminelles sont devenues des Brigades d’enquête sur les Dommages Corporels, les crimes mortels étant devenus rare.

Sur les champs de bataille la récupération des Puces Corticales a remplacé le ramassage des « dogs tags ». (Pour plus d’informations se référer au wiki).

Clonage

Le clonage est maintenant une science exacte et relativement accessible. S’il est facile d’imprimer un organe ou membre en 3D via un clonage de cellules souches du donneur, le clonage exact d’un individu via une matrice artificielle pour avoir un corps « mature » est un processus encore complexe et donc d’un coût important. C’est pour cela que des « corps » de substitution ont été développés en plus de l’emprunt (ou location) de corps « libres ». (Voir Bioware)
Enveloppes

Les enveloppes biomodifiées sur mesure sont très chères et reviennent à acheter des options qui seront « implantées » dans le corps original (ou éventuellement cloné).

Une enveloppe synthétique et généralement un construct biogénétique standard développé spécifiquement pour un usage particuler et « neutre » d’un point de vue ADN. Ce sont les enveloppes utilisées par les premiers colons sur une planète ou pour les travaux dans un milieu dangereux (Ceinture par exemple). Ce sont aussi souvent les corps fournis par les Méga ou Hypercorporations aux volontaires travaillant pour eux, ce qui leur permet un contrôle complet sur leur personnel.

L’enveloppe générique est un modèle « construit » lui aussi, mais modifié génétiquement à partir d’une source réputée pour leur propension génétique dans un champ de connaissance. Exemple : les enveloppes de combattant Maori modifiées, réputée pour leur résistance naturelle aux radiations. Une certaine différence est néanmoins « cultivée » dans un même modèle pour des raisons de « reconnaissance ».

L’enveloppe personnelle est un construct biogénétique construit à partir de l’ADN du demandeur. Il s’agit en gros d’un clone standard « modifié » pour y intégrer les modifications inhérente au modèle choisi.

L’enveloppe personnalisée est le must du must et consiste à modifier le corps du demandeur pour y intégrer les options Biowares de son choix.

Par ordre de prix :

synthétique < générique < personnelle < personnalisée

Robots et Androides

Hormis certains modèles militaires, les robots modernes ne sont pas humanoïdes. En général leur formes dépend de leur usage et leur « intelligence » est plus que limitée.

Les Androides, conçus à l’origine pour remplacer les nombreux humains partis s’installer dans les colonies, eux sont proches des enveloppes synthétiques mais construits en mélangeant cybernétique, robotique et bioingénérie, et dotés d’une Intelligence Virtuelle les spécialisant dans des tâches précises : aide de maison, commercial, infirmier, négociateur, ouvrier spécialisé, prostitué(e). La législation par contre oblige à ce qu’ils soient reconnaissables facilement et différentiables des humains même si le but est de leur permettre de passer pour des humains. En résultat ils ont souvent un voyant indiquant leur « état » (et servant de bouton « marche/arrêt »), des marquages sur les vêtements et leur ADN est référencé et marqué. De même leur « sang » est volontairement bleu. Bien entendu ils sont interdits de plein de choses comme le port d’arme ou des accès informatiques spéciaux. De fait une véritable ségrégation (pour ne pas dire esclavage) règne envers eux. Outre le fait que beaucoup pensent qu’ils volent le travail aux humains, la peur d’un « bug » de programmation ajoute à cette peur .. pourtant les « Déviants » sont rares mais la haine (voire le racisme) envers eux est commun.

Bioware

Le bioware sont les modifications bio génétiques effectuées sur le corps d’un individu pour « l’améliorer ». S’agissant de la pointe de la technologie, les coûts en sont assez important et ces changements (hormis par exemple les adaptations pour des colons pour une planète spécifique) sont rarement génériques. Néanmoins cette technologie, même si elle a déjà quelques années, n’a pas encore assez de recul pour juger de son impact sur la Stabilité Psychologique et Physiologique d’un individu.

Cybernétique

La cybernétique est maintenant une « vieille » technologie avec plus de 100 ans d’âge, mais elle reste encore fortement répandue, soit comme « remplacement » temporaire le temps de mettre en place un remplacement d’organe cloné, soit comme « bonus » pour des professionnels. Si l’utilisation médicale a un impact léger sur la Stabilité Psychologique de son porteur (comme il sait que ce n’est que temporaire), l’utilisation autre est plus importante. Et malgré les avantages des dernières technologies elle peut aussi avoir un impact sur la Stabilité Physiologique d’un corps humain.

Espace

Si les vaisseaux spatiaux sont plus nombreux qu’au 21 eme siècle et que nombreux avancées technologiques ont été faites au niveau des moteurs (moteurs ioniques, VASIMR, EPSTEIN, … ), le reste de la navigation spatiale est resté presque au même niveau. Pas de gravité artificielle, uniquement des bottes magnétiques, des vaisseaux conçus plus comme des immeubles (dans le sens du déplacement) pour profiter de l’accélération pour simuler une gravité) les déplacements dans l’espace ressemble à ceux de nos jours. Seuls les vaisseaux de colonisation (des « géants de l’espace) sont particulièrement bien équipés avec caisson cryogénique, VR complet, ou pour les vaisseaux de reconnaissance des barges de débarquements de robots pour « préparer le terrain », tandis qu’un laboratoire automatique crée des enveloppes synthétiques pour « héberger » les égos des colons sauvegarder dans le système ou hyperdiffusés par faisceau tachyon depuis le centre de contrôle. Une fois la colonie stable (ou en tout cas définie comme telle) les vaisseaux de colonisation sont envoyés.

Les nouveaux moteurs et leur faible usage de carburant permet des voyages longs à ces accélérations continues, néanmoins désagréable pour l’équipage au dessus d’un certain nombre de G. Pour contrer cela la plupart des vaisseaux ont recours à des injecteurs automatique de « jus », un ensemble de drogues permettant au corps de supporter l’accélération et d’empêcher l’équipage de tomber assommé.

Informatique

Le Nexus, existe grâce aux avancées majeures réalisées dans les domaines de l’informatique, de la communication et de la nanofabrication.

Les émetteurs-transmetteurs sans-fil sont si petits et si discrets qu’ils peuvent être intégrés à absolument n’importe quoi. Le résultat : tout est aujourd’hui informatisé et connecté, ou tout du moins, marqué d’une puce de radio-identification (RFID).

Même la nourriture est taguée avec des puces comestibles informant des dates de péremption et des valeurs nutritionnelles.
Et d’autres moyens de communications, tels que les liaisons lasers ou micro-ondes, se sont ajoutés aux flux d’information.

Les technologies de stockage de données ont fait tellement de progrès que les surplus de mémoire virtuel de n’importe quel particulier pourraient à eux seuls contenir plus d’informations que tout l’Internet du XXe siècle.

Les lifelogueurs enregistrent littéralement chaque seconde de leur vie et ne craignent jamais pour autant de manquer d’espace. Les masses de données que les gens peuvent transporter via leurs implants réseaux cérébraux ou leurs « pads » portables sont prodigieuses.

Le traitement des données se fait aussi à un niveau exceptionnellement efficace, et les superordinateurs sont bel et bien un objet du passé.
Comment pourraient-ils rivaliser face à des appareils de poche dont même les plus sommaires peuvent répondre à presque tous vos besoins tout en faisant tourner un programme IA d’assistance personnelle, en téléchargeant simultanément des médias, et en transférant du porno, le tout, en scannant plusieurs milliers de flux d’informations ?

Au sein du réseau de le Nexus, tout appareil approchant des limites de son processeur partage simplement son fardeau avec les autres systèmes à proximité, créant ainsi une
structure alimentée de toutes parts qui fait, en quelque sorte, office de superordinateur partagé par tout le monde.

De la même manière, le potentiel de transmission dépasse aujourd’hui, et de loin, les besoins de la majorité.
Quiconque a vu le jour au cours des dernières générations a toujours vécu dans un monde où les médias ultra-réalistes et multi-sensoriels sont accessibles en téléchargement immédiat, quelle que soit leur taille.
On peut aisément copier les bases de données et archives de masse dans un sens ou dans l’autre.

Les bandes passantes ne sont tellement plus un problème que la plupart des gens oublient même qu’elles ont un jour existé.
En fait, au vu de la quantité phénoménale de données disponibles, trouver l’information ou le média que vous recherchez prend considérablement plus de temps que son téléchargement.

Et le Nexus ne plante jamais.

Comme elle fonctionne sur le principe d’un réseau décentralisé, si on débranche un appareil, les connections s’acheminent simplement autour, trouvant leur voie parmi les milliers d’autres nœuds disponibles.

De manière similaire, le Nexus fonctionnant comme un réseau pair-à-pair, les gros transferts sont automatiquement divisés en petites parties plus faciles à gérer qui prennent différents chemins.
De fait, la plupart des utilisateurs gardent des archives torrent personnelles qu’ils laissent en accès public.
Bien entendu, les réseaux privés existent encore. Certains sont physiquement abrités derrière des réseaux câblés à accès fermé, parfois même derrière des infrastructures bloquant le wifi et maintenant le réseau isolé et sous contrôle.

Mais la plupart sont en activité sur le Nexus publique et utilisent des canaux cryptés et des protocoles sécurisés pour communiquer en privé et en toute sécurité sur les réseaux publics. En d’autres termes, ces réseaux privés font partie de le Nexus, au même titre que tout le reste, mais ne sont accessibles qu’à ceux qui en sont membres grâce aux procédures de cryptage, aux systèmes d’authentification des utilisateurs, et aux contrôles et vérifications assurant la confidentialité des messages.

L’accès à ce réseau (et à l’informatique en général) se fait via 3 « modes » différents : La réalité augmentée, la réalité virtuelle et la Lecture d’expérience.

Les IA ont été rapidement « à la mode », mais leur utilisation dans le milieu militaire présentant trop de danger (Syndrome Skynet), elles se sont rapidement vues cantonnées à la publicité, le commerce et l’étude comportementale.. à but publicitaire. Néanmoins certains grosses IA se sont reconverties dans le commerce (gestion d’hôtel ou magasins autonomes), mais avec le vieillissement de la technologie leur attrait est moindre. Une technologie a donc vu le jour, l’intelligence Virtuelle, c’est à dires des IA limitées à des tâches bien précises, avec la même technologie d’apprentissage et d’amélioration, mais sans la perte de « rentabilité » qu’apporte la curiosité naturelle des IA. Les gens ont bien souvent une IV (appelée une « AssiPers ») installée dans leur biopuce interne pour gérer leur vie sociale et digitale et leur relation à leur propriétaire est en général une relation à vie.
Il est à noté que les IA ne sont pas autorisées dans l’Espace, hormis cas spécial et dans de véritables bunker antiradiation. En effet l’impact des bombardements « solaires » pouvant provoquer au mieux des plantages au pire des modifications de programmation (voir :http://www.01net.com/actualites/panne-de-pc-inexplicable-un-rayon-cosmique-est-peut-etre-en-cause-1107329.html) il a été décidé que le risque n’en valait pas la chandelle.

Elles apprennent les goûts, habitudes et préférences de leur utilisateur et font de leur mieux pour leur rendre la vie et l’utilisation de la technologie aussi facile que possible.

Elles peuvent servir de réveil, de protocole d’extraction de données en ligne, d’outils de gestion d’emploi du temps, de comptable, et occuper tout un tas d’autres fonctions que ne limite que l’imagination de leur propriétaire.

Certaines de leurs tâches n’ont même pas à leur être assignées – les ASPER (ASsistants PERsonels) sont capables de deviner les besoins des gens et d’agir en fonction.

Par exemple, la fonction « organisation et emploi du temps » d’une ASPER peut l’informer de l’heure à laquelle son utilisateur est supposé se lever un matin donné : elle se programmera alors une fonction « réveil » sans plus d’instructions de la part de l’utilisateur.

Si une AssiPers doute des préférences de son utilisateur, elle demande, mais après plusieurs décennies passées au service d’une même personne, demander ne devient que très rarement nécessaire.

La plupart des transhumains conservent plusieurs sauvegardes de leur ASPER parce que la perte d’une ASPER peut être tout aussi traumatisante que la mort d’un être aimé.

Le recours à une AssiPers générique qu’il faut informer à chaque instant de tous les aspects et préférences de l’utilisateur et qu’il faut alimenter d’un flux constant d’instructions aide les gens à apprécier toute la valeur de leurs ASPER personnelles.

Les AssiPerss apprennent généralement les préférences et habitudes fondamentales d’un nouvel utilisateur en l’espace d’un mois ou deux, mais au cours de cette période d’apprentissage, les utilisateurs tendent à se montrer irritables et têtes-en-l’air, toutes les tâches en principe assumées automatiquement par une AssiPers n’étant pas gérées.

Armement

L’armement personnel a pas mal évoluer avec l’arrivée des supraconducteurs et des batteries haute (voire très haute) densité, mais les armes les plus utilisées restent les bonnes vieilles armes à projectiles pour leur viabilité et leur poids plus léger. Même les armes caseless sont moins répandues. La grande innovation faut surtout la possibilité de créer des accélérateurs de particules « portables » (via l’avènement des Batteries Haute Densité, puis des batteries Supra Conductrice), permettant le stockage d’énergie dans des puissances et quantité compatibles avec ce genre d’utilisation. Parmi ces nouvelles technologies on trouve :

– les armes Laser : utilisées uniquement pour la destruction de matériel, cibles immobiles. La grande consommation électrique induit peu de coups disponibles et un fort échauffement, rendant la technologie plutôt utilisée en armement embarqué ou fusil anti matériel.

– les Railguns : bien que cela génère des armes assez lourdes (à cause du blindage antimagnétique), leur versabilité en fait la seconde technologie la plus utilisée aussi bien en armement personnel que embarqué. La possibilité de varier la vitesse pour en faire une arme silencieuse la rend populaire auprès des troupes spéciales. Néanmoins de part la technologie la majeure partie de ces armes sont des armes « longues ». Existe en projectiles de type « balle », fléchettes et éclats (fléchettes monomoléculaires).

– les « Sunjets » (armes plasma) : Déclinaison des Railguns, ce sont des « bulles » de plasma qui sont projetées à la place des projectiles. Ces armes ont eu leur heure de gloire contre les cibles peu protégées mais ce sont rendues à peine plus efficaces contre les cibles armurées.

– les « blasters » : Combinaison du Railgun et du Sunjet, cette arme propulse des particules lourdes à une vitesse monstrueuse, provoquant une explosion moléculaire à l’impact. Si l’armes est intéressante contre les armures rigides, la nécessité d’avoir deux « réserves » de munition en fait des armes assez imposantes et peu dissimulable utilisées surtout en milieu militaire ou par les afficionados.

– les Maser (faisceau concentré de microondes) : Maintenant interdit par la convention de La Hague à cause de sa propension à détruire les piles corticales « standard ». Surtout utilisée par les assassins (seuls les tirs à la tête sont mortels en un coup), on en trouve aussi comme armes anti électronique. Néanmoins le matériel militaire est « durci » depuis longtemps et donc résistant aux effets magnétiques

– les armes à neutron : Originellement créées comme arme de support pour n’impacter que le matériel électronique et les soldats vivants, la possibilité de créer un faisceau à neutron d’une puissance suffisante pour tuer une cible vivante en un coup fut rapidement compensée par l’ajout de blindages spécifiques à toute armure digne de ce nom. Interdite elle aussi par la convention de la Hague, elle reste utilisée surtout comme arme d’assassin sur des cibles civiles.

Armes spéciales :

Hybride Gauss : Principe du railgun mais les munitions sont composées d’une charge explosive classique pour le “démarrage” du tir, le gauss ne faisant qu’accélérer la munition.

Hybride “Jet” : Munition traditionnelle avec une micro charge intégrée dans la balle. Une première explosion projette la balle, et démarre une “fusée” qui accélère encore le projectile.

Arme “Anti requin” : Armes originellement utilisées contre les gros squales sur Harlan c’est une variante d’un fusil de chasse court avec des munitions contenant de nombreuses échardes métalliques coupantes. Mortel à courte portée sauf grosse armure. Portée très courte.

Pistolet DDDAV ou Pistolet « DAVE » : Cette arme de poing est très rare et encore plus si vous essayez de l’acheter au marché noir. L’arme en elle même n’est pas spécifiquement spéciale, ce sont surtout les munitions. Chaque balle contient un DDAV (Dedicated DNA Dynamically Altered Virus) ou un virus s’adaptant automatiquement à l’ADN de la cible lors de l’impact. Ce virus hyper rapide tue sa cible en quelques jours via la moindre plaie. Seul l’usage d’un antivirus spécial dans les première minutes qui suivent la blessure a une chance d’éviter la mort atroce. Cette arme est généralement réservée aux Déclass chassant des cibles particulièrement dangereuse. Notez qu’il existe une version « non dynamique » dont le virus est prémarqué pour un ADN spécifique. De fait l’arme ne fait donc de l’effet que sur la personne pour laquelle la munition a été créée.

ACA : Ou Armures de Combat Assistée, ce scaphandre de combat Martien est muni d’un exosquelette permettant de compenser la différence de gravité (à l’origine elles ont été conçues en cas de besoin de combat sur Terre) et son propre poids. Malgré le fait que ces armures en soient pas vraiment utiles face un combattant « amélioré », Mars les utilisent et en produit encore « en cas de besoin », car elles restent particulièrement mortelles entre les mains d’un combattant entrainé et motivé.

ACA « Zeus » : Prototype variante de l’ACA standard, cette armure est en plus équipée d’une IA lui permettant d’agir de manière autonome en cas de mise hors service de son porteur ou même volontairement comme support. Mais au vu des craintes apportées par la tendance qu’ont les IA à s’affranchir, le projet (de plus très couteux en ces temps de « disette » ) a été suspendu et seul un nombre inconnu de prototype a été construit.

Et le monomoléculaire ?

A cause de la  la force de van der Waals  un fil ou fouet monomoléculaire n’est vraiment utile qu’en chirurgie. Le principe monomoléculaire est donc plutôt appliqué sur des lames d’armes blanches ou en « pointe » de munitions spécialisées.

Divers

Véhicules vectoriels : ça y’est enfin les avancées ont permis de créer des mini turbines suffisamment puissantes pour créer des voitures volantes et les intelligences virtuelles permettent d’organiser une circulation sur plusieurs niveaux. Bien entendu ce genre de véhicules sont réservés à une certaine élite.

Biolum : La nouvelle génération des Led lumineuses, ces nano ampoules biochimiques servent pour l’éclairage, mais aussi pour beaucoup d’autres choses. Enseignes lumineuses, marquages (sol, murs, vêtements), tatouages lumineux, écrans souples et plats….

Colonisation

La colonisation se fait généralement en deux étapes pour les programmes les plus anciens, ou en une seule étape pour les vagues plus récentes. Avec la découverte de planètes viables directement sans terraformation (grâce à la carte stellaire découverte dans les ruines martiennes), des plans de colonisations ont vu le jour très rapidement, la situation sur Terre se dégradant rapidement (et la perspective financière étant très forte pour les Hyper Corporations à l’étroit sur Terre). Des vaisseaux de pré colonisations furent envoyés dès que possible. En poussée continue les nouveaux moteurs leur permirent de rejoindre les planètes les plus proches en 10 ans. De là les vaisseaux se posèrent (ou crashèrent) sur les planètes et des robots comencèrent immédiatement à construire les infrastructures nécessaires à la vie. Quelques rares pionners dont l’Personna était chargé dans un ordinateur furent révenloppé dans des corps synthétiques « imprimés » peu de temps avant l’arrivé du vaisseau avec pour but d’étudier la planète et de faire un compte rendu le plus précis possible par Hyperdiffusion.

Les secondes vagues (et toutes les colonisations plus récentes) emportent des enveloppes,quelque fois modifiées pour s’adapter au milieu de la planète visée et les Personnas chargés dans un ordinateur. Une fois le vaisseau arrivé les Personna sont réenveloppés et la phase d’installation commence.

Malheureusement dans certains cas les vaisseaux ne sont qu’une nouvelle vague de colons « synthétiques » envoyés par les Corporations dans un état de semi escalave avec dans le seul but de travailler pour récupérer leur corps original.

Note : la campagne et les règles s’inspirant en partie du Jeu Eclipse Phase, certaines parties ont été reprises directement des règles.

Article suivant : les classes de personnages

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.